Le radiateur à inertie est un système de chauffage électrique qui permet de bien réguler la température d’une pièce ou d’un logement. Si ce radiateur a un fonctionnement électrique, il reste moins énergivore que la plupart des chauffages que l’on trouve sur le marché et il permet de réaliser des économies d’énergie. On vous explique comment fonctionne le radiateur à inertie, quels sont ses avantages, mais aussi ses inconvénients, quel est le coût d’achat et d’installation et quelles sont les alternatives possibles.

Comment ça marche ?

Le radiateur à inertie : fonctionnement

Le principe premier du radiateur à inertie est d’accumuler de la chaleur pour pouvoir la diffuser le plus longtemps possible dans une pièce. Cela est possible avec un matériau réfractaire, à l’intérieur du radiateur, qui permet de stocker et de diffuser doucement la chaleur par rayonnement infrarouge. En accumulant la chaleur, il crée une inertie thermique, d’où son nom. Plus précisément, même si vous coupez le chauffage, le radiateur continue de diffuser sa chaleur dans l’espace de vie. Cela permet de chauffer une pièce en utilisant moins d’électricité qu’avec d’autres systèmes. Il est donc possible de réaliser des économies sur ses factures avec un radiateur à inertie.

Les deux types d’inerties

Le bricoleur qui souhaite s’équiper de son chauffage électrique à inertie sèche doit savoir qu’il existe deux types de fonctionnement : inertie sèche et liquide.

Pour produire une inertie thermique, les radiateurs à inertie sont composés d’un corps de chauffe soit liquide, soit solide. L’inertie sèche (solide) est souvent produite par le matériau de confection : la fonte ou la céramique, par exemple. Ils sont également constitués de plusieurs plaques de métal qui constituent le matériau réfractaire. C’est une résistance électrique qui permet de chauffer ces plaques métalliques. Les radiateurs à inertie liquide (ou fluide) sont composés d’un liquide caloporteur. Ce liquide est généralement issu d’une huile végétale, minérale, d’eau glycolée ou encore d’un dérivé de pétrole. Dans ce cas, les résistances électriques sont trempées dans le liquide, pour éviter toute surchauffe.

Avantages et inconvénients du radiateur à inertie

Avantages

Contrairement à la plupart des radiateurs électriques de l’ancienne génération, les radiateurs à inertie présentent encore de nombreux avantages. Leur diffusion de chaleur par rayonnement est très appréciable et offre un certain confort que l’on ne retrouve pas avec tous les radiateurs. Le chauffage est vraiment régulier et la température de la pièce dans laquelle il se situe est bien régulée. La chaleur est homogène, quel que soit l’endroit de la pièce. De plus, ces radiateurs permettent de chauffer longtemps puisqu’ils peuvent continuer de produire de la chaleur après avoir arrêté d’utiliser l’électricité. Cela vous permet de faire des économies d’énergie réelles, entre 20 et 25 %, selon votre ancien chauffage. Enfin, l’installation est simple et les radiateurs nécessitent peu d’entretien.

Inconvénients

Les radiateurs à inertie possèdent plusieurs avantages. Mais ils ont également quelques inconvénients qu’il est bon de connaître avant toute installation. Le prix d’un radiateur électrique (voire de plusieurs) a un certain coût. Néanmoins, ils aident à réaliser des économies sur vos factures. Autres points négatifs : ces radiateurs sont lourds et leur volume est souvent plus imposant que des radiateurs à panneau rayonnant, par exemple. Et ils rayonnent de chaque côté, ce qui implique d’installer un panneau isolant au niveau du mur, pour éviter toute déperdition d’énergie. Enfin, les radiateurs à inertie liquide peuvent parfois subir des fuites.

Prix et alternatives

Quel prix ?

Prévoyez entre 300 € et 1200 € suivant les marques, les gammes et la puissance du radiateur. Les prix très bas signalent souvent une qualité moyenne, voire médiocre, et une durabilité limitée. Bien que l’achat d’un radiateur à inertie ait un coût financier, il permet de faire des économies d’électricité et de réduire vos factures. Il est possible d’économiser 300 € par an sur les factures d’électricité de votre logement. Les radiateurs à inertie sont donc des investissements sur le long terme. Il est donc important de calculer les économies que l’on peut réaliser avant de procéder à l’installation.

Les alternatives au radiateur à inertie

Si vous êtes dubitatifs, il existe des alternatives aux radiateurs à inertie. Selon votre situation et vos besoins, vous pouvez opter pour d’autres systèmes de chauffage. Les panneaux rayonnants fonctionnent de la même manière, à peu de choses près, et diffusent de la chaleur par rayons infrarouges. Les radiateurs en bloc de fonte sont une alternative possible, puisqu’ils accumulent la chaleur et la diffusent de façon constante et homogène. Vous pouvez également installer un plancher chauffant, ou plus précisément, des câbles chauffants qui sont alors placés sous votre plancher. La pompe à chaleur est une option possible : elle recueille la température extérieure et la renvoie à l’intérieur, sous forme de chaleur. Toutefois, son installation et son entretien nécessitent l’intervention d’un professionnel, contrairement aux radiateurs à inertie.

Suivant votre situation, choisir d’installer un ou plusieurs radiateurs à inertie peut être une bonne idée. C’est une bonne solution pour remplacer d’anciens chauffages qui sont trop énergivores et qui sont dépassés d’un point de vue technologique. Avec ses nombreux avantages, le radiateur à inertie reste un système de chauffage efficace qui assure une température régulée et homogène, tout en permettant de faire des économies d’énergie.